3 questions à Bernard Baumgarten du "TROIS C-L"

"Nous ne pourrons pas continuer dans l'avenir là où nous nous sommes arrêtés avant la pandémie. Nous devons réinventer les modes de créations et redéfinir nos priorités dans un avenir très incertain."

En attendant un retour sur scène, Bernard Baumgarten, directeur artistique du "TROIS C-L – Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois" propose une version online du rendez-vous mensuel "3 du TROIS" avec une programmation artistique pluridisciplinaire et même parfois avec des spectacles actuels encore en tournée, proposés exclusivement par les artistes. 

©Bohumil Kostohryz WHAT DOES NOT BELONG TO US de Sarah Baltzinger
WHAT DOES NOT BELONG TO US de Sarah Baltzinger

Maintenant que le TROIS C-L est fermé, comment se développent votre travail et celui des artistes derrière les coulisses?

Toute l'équipe administrative du TROIS C-L est en télétravail pour l'instant. Il était très important pour nous de continuer à soutenir les artistes dans cette crise par tous les moyens possibles. Dans un premier temps, il s'agissait de faire l'inventaire de tous les projets à annuler et voir comment nous pouvions reporter d'autres projets vers les prochaines saisons. Aussi, il fallait prendre rapidement des décisions pour savoir au niveau financier comment nous allions soutenir les artistes dont les projets sont annulés ou reportés.

Ensuite, nous avons créé des ateliers de rencontres virtuelles avec nos partenaires nationaux et internationaux ainsi qu'avec différents groupes d'artistes pour rester en contact et échanger les expériences de chacun en ce moment. Cela est très important au niveau humain et professionnel. Nous trouvons et inventons ensemble des solutions à différents niveaux pour vivre avec la pandémie. Car il est très clair que nous devons vivre encore pour un long moment avec cette contrainte et que nous devons adapter nos projets et la réalisation des créations à la situation actuelle et dans le futur. Avec nos partenaires, nous sommes d'accord pour dire que nous ne pourrons pas continuer dans l'avenir là ou nous nous sommes arrêtés avant la pandémie. Nous devons réinventer les modes de créations, de tournées, de résidences etc. Redéfinir nos priorités dans un avenir très incertain.

Comment est née l'idée de montrer "3 du TROIS" online?

Dans nos brainstormings avec l'équipe, nous nous sommes posé beaucoup de questions, notamment comment continuer à garder le contact avec le public et soutenir au mieux la visibilité de nos artistes. Le 3 du TROIS est notre projet phare au niveau de la sensibilisation des publics. Il était clair pour nous qu'avec ce projet, qu'il fallait complètement adapter à la situation, nous pourrions au mieux remplir cette mission de contact de nos artistes et du public. Les chiffres de la première édition sont très encourageants au niveau national mais également international. Plus de 800 personnes on suivi l'édition du 3 avril ce qui est plus que ce que nous avions osé espérer.

Comment est-ce que vous établissez le programme et est-ce que c'est un format que vous envisagez pour d'autres éditions?

Nous choisissons pour chaque édition des projets qui, en règle générale, ne sont plus en vente par les compagnies ou chorégraphes ou en tournées. Nous faisons des exceptions quand c'est la volonté de l'artiste qui nous propose de présenter sa pièce actuelle. Nous choisissons des pièces qui fonctionnent bien en vidéo car ces captations sont avant tout des outils de travail destinés à vendre les pièces auprès des professionnels qui ont un œil exercé pour cerner la qualité d'une pièce en vidéo. Donc pour le public, il faut des pièces dynamiques, bien filmées, ou la création lumière permet de bien voir ce qu'il se passe sur le plateau. Ensuite, nous négocions avec l'artiste, vérifions les droits d'auteurs musicaux et nous composons chaque édition en lui donnant une dramaturgie et une diversité qui gardent le spectateur en haleine. Ceci est bien sûr une solution d'urgence et ne pourra jamais remplacer un spectacle vivant. La qualité des œuvres souffre beaucoup par ce médium mais c'est la meilleure solution en attendant de retourner dans les théâtres.

Nous allons continuer ce format jusqu'au 3 juillet inclus et espérons revenir au spectacle live à la Banannefabrik dès le 3 septembre.

 

Dernière mise à jour